Perard travaille à s’étendre davantage à l’export

Le spécialiste en machinisme agricole de pointe, installé sur la zone Industrielle de Baleycourt à Verdun, est porté par un marché dynamique. Malgré de fortes contraintes d’approvisionnement et d’organisation, la PME de 50 salariés poursuit ses investissements et son crédo de qualité, qui fait sa réputation.

« Il y a encore quelques mois, on pouvait commander une roue et l’obtenir en quelques jours. Aujourd’hui, il faut 3 mois ! » constate Guillaume Perard, président du groupe. Certaines machines attendent déjà sur le parking leurs dernières pièces manquantes, afin d’être expédiées.

Bonne activité

La situation est rageante, alors que l’activité se porte bien. « Nous allons réaliser 8,5 M€ de CA cette année, ce qui est très bien. Nos clients répondent présents, d’autant que leur situation s’est améliorée avec les cours des céréales en forte hausse » indique Guillaume Perard.
L’entreprise fabrique un maximum d’éléments de machines en interne (hors pièces spéciales type essieux ou vérins) puis assure le montage de petites séries (10 à 15 pièces), sur trois gammes de matériels : les épandeurs, les transbordeurs et les plateaux de transport. L’an dernier, 275 machines sont sorties de l’usine.
Perard a, depuis ses débuts en 1988, choisi d’adresser ses marchés avec des machines réputées pour leur sophistication.

Perard 800 0134
Perard 800 5468
 

Gérer la désorganisation

Pour parer à la pénurie de pièces, le groupe stocke au maximum, avec pour conséquence de tendre sa trésorerie. En parallèle, l’entreprise subit comme tous les industriels la hausse générale des prix des matériaux, qu’elle a dû répercuter. « En un an, nous avons augmenté nos tarifs de vente de 17,5 % ».
Si l’approche « petites séries » permet d’assurer une certaine disponibilité aux clients, l’allongement des délais devient récurrent : « Ce que nous pouvions livrer dans le mois suivant la commande, il nous faut quelquefois entre 6 et 8 mois aujourd’hui, si nous n’en disposons pas à l’avance » constate Guillaume Perard.

S’adapter, investir

L’entreprise produit en ce moment même des transbordeurs, alors que ces machines seront plutôt demandées pour l’été prochain. « Nous n’avons pas tous les éléments pour fabriquer les épandeurs, alors on s’adapte ! ».
L’outil de production de Perard s’étend sur 13 ha, dont 7 000 m2 de surface couverte. L’atelier comprend le meilleur des machines-outils existantes, un parc régulièrement renouvelé et modernisé. « Nous y investissons entre 250 et 500 K€ chaque année, pour disposer d’un outil performant, de plus en plus automatisé » souligne Guillaume Perard. Le groupe fait face, comme ailleurs, a des tensions sur les personnels qualifiés, notamment pour les postes de monteurs et assembleurs-soudeurs.

Voir loin

Alors que l’entreprise s’appuie sur ses commerciaux pour le marché français (60 % de l’activité), les ventes à l’export se font via des concessionnaires et des distributeurs. Les plus gros marchés se trouvent en Pologne, Slovaquie et République Tchèque.
« Nos produits fonctionnent bien, avec des logiques de niche sur lesquelles nous sommes bien implantées. Nous ne souhaitons pas baisser nos prix et la qualité juste pour faire plus de volume. Nous allons enrichir notre offre de produits complémentaires et l’idée est actuellement de s’étendre commercialement, en allant sur d’autres pays de l’Est » détaille Guillaume Perard.

 

Publié le 15 décembre 2021 - Aurélien Tardiveau
© Photos Perard

Département de la Meuse Fond national d'aménagement et de développement du territoire Fond européen de développement régional GIP OBJECTIF MEUSE Pacte Lorraine GRAND-EST - ALSACE - CHAMPAGNE-ARDENNE - LORRAINE